Secteur

Les levées de fonds des proptech françaises en janvier

La proptech française continue d’attirer les appétits des investisseurs avec ses solutions innovantes qui transforment le secteur. Récapitulatif des levées de fonds de janvier.
Tanguy de Ferrières

La French Proptech continue d’engranger les levées de fonds en janvier

Nouvelle année, nouvelles levées de fonds pour la Proptech française. Dans un secteur immobilier qui s’est digitalisé au pas de course en 2020, les solutions proposées par des acteurs innovants continuent de séduire les investisseurs. 

De l’Assurtech qui se développe et séduit de plus en plus de français à la réinvention de la façon dont se gère un syndicat de copropriété, plusieurs acteurs ont réussi des levées de fonds pour continuer à se développer et peut être devenir the next big thing

Leocare et Lovys : les néo-assurances ont la côte

Après la grosse levée de fonds du leader du marché, Luko, en décembre, les néo-assurances continuent de séduire consommateurs et investisseurs, grâce à leur modèle entièrement dématérialisé - et souvent moins cher que leurs équivalents traditionnels -.

En janvier, ce sont deux autres acteurs qui bénéficient de tours de table conséquents : Lovys, qui lève 17 millions d’euros, et Leocare, avec 15 millions d’euros

Sans surprise, la néo-assurance Lovys propose des… assurances, avec un processus de souscription et de gestion des sinistres entièrement dématérialisé. La différence avec la concurrence ? La large gamme de produits offerts, de l’habitation à… votre chien et votre chat. Et si vous avez déjà eu à payer une radio en urgence pour votre animal de compagnie, vous savez que ça peut vite monter.

Modèle un peu différent pour Leocare, qui estime que les besoins en assurance des français ont fortement évolué, ce qui n’est pas reflété dans l’offre des acteurs traditionnels. 

La startup veut agir comme un guichet unique de l’assurance : un seul interlocuteur pour vos assurances habitation, auto, moto et smartphone. Vous vous inscrivez, Leocare se charge de trouver le bon contrat auprès de ses partenaires. Pratique.

Matera : The Social Copropriété

Soyons honnêtes : le syndicat de copropriété, pour toute l’utilité qu’il apporte - quand il est fonctionnel - n’est pas le côté le plus sexy quand on est propriétaire. Matera propose de dépoussiérer tout ça en misant sur le digital. Et le modèle est solide, si on en croit les 1000 copropriétés qui utilisent la solution, ce qui permet à Matera de lever près de 10 millions d’euros pour se développer et enrichir son offre.

Anciennement connu sous le nom d’Illicopro, Matera dépoussière l’expérience du syndic traditionnel et propose une plateforme collaborative pour un syndicat de copropriété qui se veut coopératif, grâce à une plateforme numérique. 

L’ensemble des informations relatives à la copro y sont centralisées : on peut y suivre les dépenses, signaler un problème, ou encore payer les charges relatives à l’immeuble. Pour l’aspect collaboratif, on retrouve des espaces de discussion, un catalogue d’artisans de confiance, et l’accès à une sorte de réseau social communautaire.

Besoin d’un apport ? Demandez à Virgil.

En ces temps incertains où les banques demandent toujours plus d’apport personnel, certains profils, même s’ils ont la capacité d’emprunt nécessaire, sont simplement exclus du marché immobilier par manque d’apport. Qu'on soit jeune diplômé, primo-accédant, ou si on n'a tout simplement pas l'épargne suffisante, se faire opposer un refus de frais pour manque d'apport est frustrant.

C’est ce gap que vient remplir Virgil, qui a levé 3 millions d’euros - dans un tour de table d’un nouveau genre - auprès d’un pool d’investisseurs. Le modèle de la jeune pousse est simple : elle fournit l’apport bancaire, en échange d’une part dans le bien. Ainsi, pour 10% d’apport, la startup possède 15% du bien. L’obtention du prêt est également pris en charge par la startup, qui agit un peu comme un courtier amélioré, qui peut miser jusqu’à 20% du prix du bien.

Si vous vendez votre bien dans les 10 ans, Virgil récupère sa mise, ou vous pouvez racheter vous-même sa part au terme de ce délai. De quoi voir venir, et accéder à votre bien même si le banquier rechigne à vous financer.

Cocoonr, pour investir dans la location courte durée 

Les déplacements professionnels et touristiques ont beau être réduits au strict minimum, cette situation finira par disparaître et la vie redeviendra comme avant. Si tout se passe bien.

C’est en tous cas ce qui explique la confiance des investisseurs en Cocoonr, startup spécialisée dans la location touristique et saisonnière. Elle mobilise en janvier plus d’un million d’euros, pour sa troisième levée de fonds, auprès d’investisseurs privés.

Cocoonr accompagne des particuliers qui souhaitent se lancer dans l’investissement locatif de courte durée. La startup peut ainsi chercher un bien pour vous, le rénover, et s’occuper de sa gestion, avec des séjours de courte et de moyenne durée. Oui, comme Masteos, juste un autre créneau.


Articles liés

Construisez votre parc immobilier simplement, vous aussi, grâce à Masteos

Démarrer maintenant