Tour de Babel représentant la croissance Masteos

Masteos

Comment nous sommes passés de 10 à 50 en 2 mois

Nemesis est une déesse de la mythologie grecque mais aussi un concept : celle de la juste colère des dieux, et du châtiment céleste. Son courroux s'abat en particulier sur les humains coupables d'Hubris, péché de la démesure. Le désir insolent des hommes d'échapper à leur destin - le "Moïra" chez les Grecs. Oser sortir de sa place naturelle au sein du Cosmos.

En passant de 10 employés à 50 en 2 mois, sommes-nous allés trop vite ?

Avons-nous indigné Nemesis ?

Nous avons déposé les statuts de Masteos l'année dernière. Nous étions 2, Maxime et moi-même. L'année suivante nous sommes 52 :

- 29 opérationnels de terrain
- 11 salariés sur la filiale travaux
- 12 en tech & support

Le plus surprenant dans cet accroissement rapide de notre capital humain, c'est de constater à quel point la détection des talents est aléatoire. Le prestige du diplôme n'est plus un élément suffisant, ni même nécessaire.

Notre experte notariale in-house - Sarah Bellal -  travaillait dans l'industrie des panneaux solaires, et nous l'avons rencontré à Athènes par un total hasard. Aucun notaire ne saurait rivaliser avec ses compétences techniques au back office.

Notre directrice financière et administrative - Maëlle Lang - travaillait auparavant en gestion locative. Elle gère aujourd'hui le RH, le reporting financier ainsi que la restructuration financière de nos filiales. Elle joue le rôle de chef d'orchestre entre tous nos interlocuteurs financiers avec un talent qu'aucun HEC ne pourrait concurrencer.

Jérôme Manuguerra, jeune artisan lorrain autodidacte, s'est avéré être un génie de l'entrepreunariat. Il a structuré la filiale travaux ex nihilo. Il a codé un logiciel de pricing chantier interne, en se formant au code sur le tas. Au bout d'un an, Masteos Travaux génère 3m€ de CA, possède un entrepôt de 1000m2 en Île-de-France, plusieurs architectes salariés, des partenariats directs avec les plus grands fournisseurs. Un périmètre d'intervention à l'échelle nationale. L'équipe a commencé à la rentrée ses premiers chantiers à 1m€+.

Tanguy de Ferrières, qui est venu frapper à notre porte un peu randomly au tout début de l'aventure, s'est avéré être le business developper le plus efficace que la Terre ait connu. Si nous avons une trentaine d'opérationnels full-time dans une dizaine de villes françaises, et si rapidement, c'est grâce à lui.

On dit qu'il faut trois grandes qualités à un entrepreneur pour réussir : ambition, vision, exécution. On peut dire que si Masteos a tant de potentiel aujourd'hui, c'est parce que mon associé fondateur, Maxime Hanquier, possède les deux premières. Et qu'il peut s'appuyer sur des êtres exceptionnels, comme Marion Tessier, notre responsable com, pour la dernière.

Samuel, Marion, Clément, Hugo, Kiyan, Sébastien, Nicolas, Tamina, Gabriel, Aurélien, Anthony, Clément, Zachary, Jérôme, Alexandre, Walid, Yoven, Vasile, Dimitri, Romain, Laurent, David, Benjamin, Abel, Guillaume, Mickaël, Nathalie, Barbara, Emmanuel, Maxime, Paul, Anne-Amélie, Muriel, Romain, Thomas, Antoine, Émilie, Younes, Maxime, Salomé, Florane, Pauline, Melissa, Joran, Héloïse, Gauthier, Lorie Manuguerra, Arthur. 52 talents dénichés par un processus de sélection qui tient davantage du magnétisme que d'une politique RH rigoriste.

52 c'est aussi le nombre d'immeubles que nous avons vendus à date. Pour environ 200 locataires, ~20m€ investis par nos clients, ~10.000 m2 de surface. Et à peu près autant de deals embarqués sous compromis.

Cette croissance accélérée s'est concentrée durant l'été. Difficile de piloter une fusée quand on vient de passer son permis de conduire. Tout cela, nous l'avons accompli sans lever de fonds et sans dépense pub.

Notre tech et notre process sont encore embryonnaires. Nous tentons chaque jour de diversifier géographiquement notre sourcing. L'expérience client est largement perfectible. La digitalisation totale d'un investissement locatif n'est pas encore à l'ordre du jour, mais on commence à voir la lumière au bout du tunnel.

L'environnement dans lequel nous évoluons pourrait difficilement être pire. Resserrement bancaire drastique sur les prêts immo locatifs, confinement, récession économique à deux chiffres. L'essentiel de notre CA a pourtant été généré depuis le début du covid. Nous avons appris à naviguer par vents contraires.

Accoucher d'une start-up en pleine épidémie nous a forcé à adopter dès le début les bons réflexes de survie, à construire un modèle de fonctionnement souple et frugal, à consolider nos fondations pour qu'elles résistent aux tempêtes. Par exemple en nous équipant de caméras 3D pour assurer des ventes par visite virtuelle pendant le confinement.

Quelle chance nous avons de pouvoir opérer à une époque où d'autres start-ups rendent possible de déléguer certaines activités autrefois lourdes, coûteuses et chronophages. Payfit, Qonto, Matterport, Slack, Webflow, Angulaire, III Financement, Wilco, INLO, Spendesk, Alan, et tant d'autres.

Le business model de Masteos a par ailleurs cet avantage d'être diversifié. Transaction, Travaux & Meubles, Gestion locative. Le risque de marché est dilué sur plusieurs business units qui ne sont pas tout à fait corrélées, et peuvent fonctionner en ilots indépendants. Ce qui nous permet de naviguer par tout temps.

Quel orgueil insensé d'avoir voulu nous attaquer au marché locatif par la face Nord. De vouloir grossir si vite. D'essayer de faire travailler harmonieusement tant de talents différents. Ça n'est pas un simple business, c'est une véritable Tour de Babel que nous tentons de construire.

Il fait bon parfois, provoquer les Dieux.

Construisez votre parc immobilier simplement, vous aussi, grâce à Masteos
Démarrez maintenant