Gestion

Où placer son argent : les différents investissements possibles

Pendant longtemps, se demander où placer son argent relevait littéralement d’une interrogation physique. Sous le carrelage ou dans le matelas ? Pour la majorité de la population, l’investissement, sous toutes ses formes, n’est devenu un produit accessible que relativement récemment. 

Les produits de placement et d’investissement sont aujourd’hui largement disponibles et démocratisés : investir son argent ou le placer n’est plus réservé à ceux qui en ont les moyens. On a aujourd’hui l’embarras du choix au moment de décider de ce qu’on va faire de son argent. 

Vous ne serez cependant pas étonné de découvrir qu’il n’existe pas de meilleur investissement à proprement parler. Il existe en revanche de bons investissements ou de bons placements selon votre profil, vos revenus, ou vos problématiques patrimoniales particulières. De la même manière, il existe tant de manière de faire fructifier son argent que tenter de les lister serait sans doute inutile. Vous avez déjà entendu parler du Girardin industriel ? Sans doute pas.

Parlons plutôt des deux grandes catégories vers lesquelles vous vous tournerez : les placements et les investissements, dont vous devrez trouver le bon dosage pour un portefeuille diversifié et rentable, tout en minimisant le risque. Dans les deux cas, le principe est simple : on mobilise son épargne pour gagner de l’argent dans le futur. Le gain potentiel est directement lié au risque associé à son placement ou son investissement.

Placement ou investissement : qui est quoi ?

Par abus de langage ou par facilité, on parle des deux de manière interchangeable, pour désigner leur but : faire fructifier votre épargne. Pourtant, les deux notions sont différentes et méritent qu’on s’y arrête quelques instants.

Le placement est effectué auprès d’une banque ou d’une institution financière qui offre des produits de ce type. Ici, on confie son argent auprès de cette institution, qui en aura la charge et vous rémunère pour cela selon un taux fixé dans le contrat de souscription. 

Dans le cadre d’un placement, le partenaire s’engage sur des performances et une rémunération de votre placement. Pensez à votre Livret A, ou à une assurance vie, dont la rémunération est garantie par le contrat. On place un capital, il génère des intérêts à un taux garanti par l’institution.

A l’inverse, les investissements sont par définition plus risqués : leur réussite dépend presque entièrement du marché où ils sont réalisés. C’est ainsi qu’on parle d’investir en bourse : la performance de mes actions est liée à la santé de l’entreprise et/ou du marché où elle opère. De la même manière, investir dans l’immobilier, c’est aussi lier son destin au marché de la ville où on achète. 

Les placements bancaires ont l’avantage d’offrir une sécurité accrue à leur détenteur, mais les investissements sont plus rémunérateurs, au prix d’un risque plus important. Et pour investir de manière intelligente, le meilleur moyen reste d’avoir un portefeuille équilibré.

L’immobilier : la catégorie-reine pour les français

L’immobilier arrive régulièrement en tête des investissements préférés des français, au coude à coude avec l’assurance-vie. Disons que la réponse dépend de votre interlocuteur, mais il n’y a pas de doute : la pierre suscite l’engouement des particuliers. Après tout, c'est une valeur tangible et matérielle, rassurante par bien des aspects. 

Contrairement à la bourse, elle ne nécessite pas de connaissances particulières pour en comprendre le fonctionnement. Enfin, connaître ses subtilités et la meilleure manière d’optimiser un investissement immobilier est utile, mais on peut tous se lancer tant qu'on en maîtrise les bases. C'est l'investissement à long terme par excellence, pour se constituer un patrimoine, une rente ou un complément de retraite. 

Surtout, l'immobilier jouit d'un avantage qui le rend particulièrement attractif : il est finançable par la banque. C'est le seul actif où on vous prêtera de l'argent pour investir. Si vous disposez de 20 000€ et que vous souhaitez acheter un bien à 200 000€, votre banquier acceptera volontiers de vous prêter la somme nécessaire. Si vous essayez de lui demander la même somme pour investir dans des actions, seule la politesse l'empêchera de vous rire au nez. 

Il y a une raison pour laquelle l'immobilier est le seul investissement finançable par la banque : son couple rendement-risque est extrêmement avantageux. Pourvu que votre dossier soit solide, la banque sait qu'elle récupère le capital engagé et les intérêts du prêt. Les banques font rarement les choses par hasard, après tout. 

Côté rendement, l'immobilier locatif présente un excellent compromis entre les activités boursières, très risquées mais potentiellement rémunératrices, et les placements plus conservateurs mais peu intéressants financièrement. Avec la bonne stratégie, il vous permet de booster vous même le rendement de son investissement, ce qui n’est pas le cas de la plupart des autres véhicules pour votre argen. Low risk, high reward. 

La SCPI et la “pierre-papier”

Les sociétés civiles de placements immobiliers offrent un positionnement entre les actions et l’immobilier. Le fonctionnement est plutôt simple : vous achetez des parts de SCPI, qui possède un portefeuille immobilier diversifié, souvent dans l’immobilier commercial. Vous percevez en échange un loyer proportionnel à votre investissement dans la SCPI de votre choix. 

La SCPI s’occupe de tout l’aspect gestion de votre investissement, et offrent régulièrement des rentabilités très correctes, de l’ordre de 4,5% en moyenne. L’un de ses avantages est sa liquidité relative : vous pouvez acheter une, dix, ou cent parts de SCPI, ce qui permet d’avoir des tickets d’entrée relativement bas. Vous serez évidemment dépendant de ses performances, mais celles-ci sont plutôt stables et rémunératatrices.

Les livrets d'épargne

Vous êtes sans doute détenteur d’un livret A, ou vos enfants d’un livret jeune. Les livrets d’épargne sont généralement des produits réglementés par la loi : leur plafond, leur rémunération et les modalités de fonctionnement sont les mêmes pour toutes les banques, et ils ne sont pas fiscalisés.

Ce sont les produits de placement les plus accessibles : on peut ouvrir un livret A pour 10€ auprès de sa banque, qui est aussi le montant des versements minimums. 

En tant que produit garanti par l’Etat, les livrets réglementés ont un risque quasi-nul : vous êtes garanti de percevoir vos intérêts. Le souci, c’est qu’avec un taux d’intérêt plancher de 0,5%, le montant de ces intérêts risque d’être… décevant. 

La plupart des livrets réglementés sont peu rémunérateurs, et offrent plutôt à leur détenteur plus de sérénité dans la gestion de leur épargne. L’autre problème des livrets, c’est que leur taux d’intérêt est généralement inférieur à l’inflation. Si le taux d’intérêt de votre placement est de 0,5% et que l’inflation est de 2%, vous perdez 1,5% de l’argent que vous avez placé. Serein, oui, mais surtout un pouvoir d’achat diminué.

On peut y parer en se tournant vers les livrets non réglementés, ou super livrets, qui fonctionnent comme les précédents. La différence, c’est que ces produits sont commercialisés par les banques, qui décident des taux d’intérêts, plafonds ou encore du montant des versements. 

Contrairement aux livrets réglementés, ils sont soumis à la fiscalité, avec un prélèvement forfaitaire de 30% des bénéfices. Ces livrets servent généralement des taux d’intérêt plus attractifs que leurs cousins réglementés, mais on est encore loin d’atteindre des rendements stratosphériques, d’autant qu’ils sont soumis à une pression fiscale.

Cela ne veut pas dire qu’il faut s’en détourner : l’épargne constituée sur un livret est mobilisable à tout moment, et permet de répondre à des événements imprévus.

L’assurance-vie

Restons un instant dans l’agence bancaire où l’on peut ouvrir son livret d’épargne. Les banques commerciales proposent de nombreux produits financiers plus intéressants et rémunérateurs. 

L’un d’entre eux est l’assurance-vie, au coude à coude avec l’investissement immobilier pour le titre de placement préféré des français. Produit destiné au moyen et long-terme, c’est un contrat par lequel vous versez des primes à l’établissement bancaire, selon le rythme dont vous décidez avec votre partenaire.

Il en existe deux types : le contrat monosupport en euros, et les contrats multisupports. Les premiers constituent des produits peu risqués : l’organisme va investir votre argent là où il court le moins de risque, des obligations d’Etat par exemple, et garantit votre capital de départ. Il s’agit d’une sorte de Livret A aux hormones, avec un rendement bien plus intéressant, et surtout des possibilités successorales importantes, puisque son bénéficiaire ne doit s’acquitter d’aucun droit de succession.

Le deuxième type d’assurance-vie est l’assurance multisupport ou en unités de compte. On est déjà davantage dans le territoire de l’investissement, puisque le risque est plus important : l’organisme va placer votre capital à la fois dans des produits peu risqués, mais va également diversifier son utilisation et le placer dans des classes d’actifs liées au marché : bourse, SCPI,  SICAV… Le risque est plus important, mais le rendement l’est également. A la différence du contrat monosupport, votre capital n’est pas garanti.

Les placements boursiers

Les placements boursiers constituent un ensemble complexe et pas toujours accessible si on n’a pas les codes. Si les placements boursiers attirent autant, c’est parce qu’ils offrent un rendement supérieur à la plupart des autres classes d’actifs, en contrepartie d’un risque bien plus élevé.

Le monde de la bourse en “direct” s’est démocratisé ces dernières années grâce aux applications qui permettent à chacun d’entrer sur le marché depuis son téléphone. Cependant, investir en bourse vous demandera du temps et des connaissances parfois pointues, et il faut en assumer les risques. Pour reprendre les termes des applications qui cherchent à démocratiser le boursicotage, l’immense majorité des particuliers perdent de l’argent. C’est du moins le cas sur ces plateformes, sans doute moins en passant par des organismes de gestion.

Pour investir en bourse, vous devrez généralement disposer d’un Compte titres ordinaires, qui est le véhicule le plus courant pour ces opérations. Il vous permet de transmettre des ordres d’achat ou de vente à votre courtier ou votre banque, et est lié à votre compte courant. Vous pouvez également opter pour un Plan Epargne Action, qui est un produit réglementé qui vous permet d’investir dans des actions européennes en contrepartie d’une meilleure fiscalité.

Et tous les autres…

Si ces placements font partie des plus courants, et des plus maîtrisés en général, par les banquiers, les conseillers en gestion de patrimoine et même les particuliers, il existe de nombreuses autres options pour placer votre argent. Même si elles ne sont plus vraiment des nouveauté, les cryptomonnaies sont l’une des hypes du moment, comme peut l’être le crowdfunding immobilier, qui affiche des rendements très élevés sur certains projets.

Cependant, il n’y a pas de réponse définitive aux questions “où placer son argent” ou “quel est l’investissement le plus rentable”. Votre profil d’investisseur, votre âge, vos moyens financiers, et votre patrimoine existant sont autant de facteurs qui doivent informer vos futurs investissements, pour obtenir un portefeuille équilibré, où les risques et les rendements des divers placements se compensent.

Articles liés

Construisez votre parc immobilier simplement, vous aussi, grâce à Masteos
Démarrez maintenant