Levées de fonds proptech de mars

Secteur

Proptech : 5 levées de fonds de de startups innovantes

La proptech s'amuse : grosses opérations et petites levées

L’immobilier est constitué de dizaines de marchés, de niches, et d’opportunités pour développer des services et des produits innovants, pour peu qu’on ait une bonne idée et qu’on sache la marketer. C’est, dans les grandes lignes, ce que fait la proptech française chaque jour : apporter des solutions technologiques et innovantes à des problèmes vieux comme le monde.

Chaque mois, un certain nombre d’entre elles réussissent à persuader des investisseurs d’y injecter de l’argent frais. Pour certaines, il s’agit simplement de se lancer, pour d’autres, les ambitions sont plus importantes et les enjeux se chiffrent en centaines de millions d’euros. Roundup de l’actualité proptech des dernières semaines,

IAD, un réseau immobilier d’un autre genre

300 millions d’euros. Le chiffre donne le tournis, mais c’est bien ce qu’a choisi d’investir le fonds américain Insight Partners dans IAD, qui n’est plus tout à fait une startup, mais un acteur majeur dans la proptech française. Depuis 2008, la plateforme propose un réseau immobilier dématérialisé, décentralisé et sans agences. 

IAD, ce sont les initiales pour “immobilier à domicile” : plutôt que de déployer des agences physiques, IAD est la rencontre entre une marketplace et une plateforme d’agents immobiliers indépendants. IAD propose ainsi une expérience plus flexible à ses clients, qui n’ont pas besoin de se déplacer en agence et peuvent choisir directement un mandataire sur la plateforme après l’avoir rencontré. 

Avec co.clinic, louez vos locaux médicaux vacants

Certains business sont moins grand public sur le papier, mais peuvent avoir de réelles conséquences sur notre quotidien. C’est le cas de co.clinic, qui propose aux professionnels de santé de mettre en location leurs locaux vides ou inutilisés.

Initiée pour lutter contre les déserts médicaux, l’application met en relation des praticiens qui ont des locaux vacants avec ceux qui les recherchent. Le sujet n’est pas anodin : plus d’un français sur dix vit dans un désert médical. Et ceux-ci ne se trouvent pas là où on le pense, dans les campagnes et loin des transports : l’Île-de-France est le premier désert médical du pays.

La startup vient de lever 500 000€ pour continuer son développement, après avoir été lancée en novembre dernier, et devrait continuer à gagner en traction.

Bien Ici veut jouer dans la cour des grands

Les marketplace ont le vent en poupe : c’est le cas de Bien Ici, qui annonce avoir levé 23 millions d’euros auprès de ses actionnaires historiques. La plateforme d’annonces immobilières chasse sur le terrain des géants du secteur, notamment Se Loger et Le Bon Coin, les deux acteurs français majeurs.

Bien Ici cherche à se distinguer de la concurrence en misant sur des choix technologiques novateurs, qui permettent aux acquéreurs d’affiner leur recherche de logement. La startup développe sa propre cartographie, et permet de rechercher des biens immobiliers selon des critères spécifiques. La plateforme a récemment mis en place la recherche par quartier où est déployée la fibre optique, pour répondre à la demande générée par le télétravail.

Iroko : la SCPI sans frais de souscription ?

Avec une levée de 3 millions d’euros, Iroko se place au croisement de l’immobilier et des placements financiers. La jeune pousse mise sur la SCPI, un produit d’épargne apprécié pour sa simplicité, sa bonne rentabilité et qui permet de mettre un pied dans l’immobilier. L’achat de parts de SCPI reste une valeur sûre, et sans doute moins complexe qu’un investissement immobilier complet.

Qu’est-ce qui différencie Iroko des dizaines d’autres acteurs sur le marché ? L’absence totale de frais de souscription pour l’épargnant, mais aussi des initiatives environnementales fortes, et un engagement dans un parc immobilier bas carbone.

Ecodrop deuxième vie des déchets de chantiers

Qu’il s’agisse de la rénovation de votre salon ou de la construction d’un plateau de bureaux, les chantiers génèrent des montagnes de matériaux et de déchets. Le BTP est l’un des secteurs qui en produisent le plus, et tout n’est pas recyclé ou réutilisé, loin s’en faut. Ecodrop, qui a annoncé avoir levé 5 millions d’euros auprès de ses investisseurs historiques et de business angels, propose un service de gestion des déchets issus des chantiers de construction.

La plateforme met en relation les artisans, les déchetteries, et les transporteurs spécialisés. L’objectif : augmenter le taux de recyclage des matériaux, améliorer leur traçabilité et se débarrasser des dépôts sauvages. Les artisans se connectent sur une application qui leur permet de trouver des déchetteries, de comparer leurs tarifs, et de commander un enlèvement sur le chantier. 


Articles liés

Construisez votre parc immobilier simplement, vous aussi, grâce à Masteos
Démarrez maintenant